Recherche

A.  Évaluation communautaire et analyse environnementale

Avec l’accord de chacune des cinq communautés concernées, nous réaliserions une évaluation incluant les dimensions suivantes : 1) comprendre l’histoire de la communauté, y compris les efforts de développement déployés auparavant; 2) documenter ses principales caractéristiques, soit le territoire et la population, les entreprises, les infrastructures telles le logement, l’eau et les égouts, l’organisation sociale, les relations avec la région environnante; et 3) réaliser une évaluation des  forces et des vulnérabilités de la communauté et particulièrement de ses possibilités de développement économique. Les sources des données comprendraient des documents historiques et autres sources publiées, des données secondaires, des entrevues d’informateurs clés, dans la communauté et hors de celle-ci, ainsi que des documents administratifs. Le produit serait un rapport, présenté oralement et par écrit, qui pourra devenir une ressource utile à des fins de développement ou pour modifier le plan stratégique de la communauté.

B. Évaluation des répercussions

Un objectif fondamental de la composante recherche consistera à tirer des conclusions relativement aux répercussions de l’intervention appliquée, ce qui implique la collecte de données de base et de données sur les résultats, aux fins de l’intervention et des communautés témoins.

Nous sommes intéressés à accéder à la dimension économique de même qu’à un vaste éventail de mesures de santé et de bien-être. En effet, nous voulons faire en sorte que les communautés elles-mêmes puissent déterminer les sortes d’indicateurs qui refléteraient ce qu’elles entendent par pauvreté, développement économique, santé et bien-être.

Dans la mesure du possible, nous voulons utiliser les données secondaires disponibles, parce que les deux principales sources (le Recensement et l’Enquête régionale sur la santé des Premières nations) sont accessibles au niveau communautaire et parce qu’elles fournissent de bonnes données de référence. Cependant, lorsque ces ressources ne conviennent pas, ce qui serait le cas si nous choisissions une région urbaine qui n’est pas une réserve, nous serions obligés de recueillir nos propres données en utilisant une méthodologie d’enquête de porte-à-porte. Dans cette éventualité, le travail serait exigeant en main-d’œuvre, mais la liste de questions serait limitée à nos indicateurs clés.

En plus des données d’enquête, il y a certains indicateurs clés pour lesquels il faudrait recueillir des données au niveau communautaire en utilisant les documents disponibles. Ce serait notamment la liste des entreprises et leurs caractéristiques, les chiffres relatifs à la dépendance à l’aide sociale, la proportion d’enfants de 0 à 18 ans pris en charge par un service d’aide sociale à l’enfance, la mesure dans laquelle le gouvernement de la Première Nation dépend du financement d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada comparativement à des sources de revenus propres, le niveau de scolarité et de formation de la fonction publique locale et d’autres indicateurs similaires. En ce qui concerne la santé, des données pourraient également être obtenues, avec permission, des centres de santé communautaire, ce qui permettrait des mesures cliniques du risque, telles que la glycémie, la tension artérielle et l’indice de masse corporelle.

C. Recherche qualitative continue

Afin de saisir les éléments dynamiques en présence, nous avons l’intention de faire de la recherche qualitative pendant toute la durée du projet financé. D’une part, nous voulons documenter le déroulement de l’intervention – les problèmes rencontrés, les solutions apportées à ces problèmes, les leçons tirées de l’expérience de ce genre d’intervention. Deuxièmement, nous voulons surveiller les répercussions de l’intervention sur les politiques et les programmes des gouvernements, que ce soit au niveau communautaire ou à d’autres paliers gouvernementaux. Troisièmement, nous voulons approfondir notre compréhension de l’interaction entre les efforts déployés pour réduire la pauvreté et reconstruire l’assise économique communautaire, d’une part, et les facteurs de santé et de développement social ainsi que les facteurs politiques, d’autre part, ces derniers pouvant jouer à la fois un rôle d’obstacle et de facilitateur relativement aux premiers. De plus, il sera intéressant de comprendre dans quelle mesure la stratégie de développement peut englober des mesures complémentaires aux deux dimensions, plutôt que de les envisager isolément, et en favoriser la mise en œuvre.

Sur le plan de la méthodologie, nous traiterons de cinq études de cas qui auront chacune sa propre dynamique. Les sources de données comprendront des comptes rendus de réunions, de l’observation participative, des entrevues en profondeur avec des intervenants clés, y compris des membres du Comité consultatif et des dirigeants communautaires, ainsi que des cercles de la parole ou des groupes de discussion avec les membres des communautés. Nous utiliserons dans l’analyse des données des techniques communément acceptées en ce qui concerne les données qualitatives, y compris Atlas.ti pour le codage et pour établir des thèmes communs.

D. Évaluation formative

Nous incluons dans le budget une charge estimative pour engager un consultant externe, qui sera chargé de réaliser une évaluation formative (processus) vers le milieu de la réalisation du projet financé, au début de l’année III. Cette évaluation englobera le fonctionnement du projet à l’échelle nationale, de même que les cinq projets régionaux. Elle sera conçue pour donner un point de vue indépendant sur le déroulement de l’initiative, les problèmes qui surviendront et les corrections qui devraient être apportées à mi-chemin en ce qui concerne le processus et l’organisation. Nous utiliserons les sources normales de données pour ce genre d’évaluation, soit les documents disponibles et des entrevues avec des participants clés.